Akimiti

Commentaires

Flux RSS des commentaires de cet article.

L’adresse web pour faire un rétrolien sur cet article est : http://www.terra-amata.com/akimiti/archives/10017/trackback

  1. rien à dire

    juste <3

     

    Alex

    Commentaire par ambre1501 — 15 mai 2014 à 10 h 50 min

  2. Ma douce Irène ton tableau est splendide. Les Lilas fleurissent et la vie aussi cruelle soie-t-elle, continue en nous laissant un vide et une plaie qui doucement se referme mais en laissant la douleur. Peut-être la nature nous donne-t-elle de si belles merveilles afin de nous aider à atténuer la douleur de ce vide. Oui l’amour peut faire mal si l’on pleure la perte d’un être cher. Mon coeur lui se serre quand je voie la douleur torturer une amie aussi douce.

    J’attends avec impatiente tes prochaines oeuvres qui sont empreintes de cette sensibilité qui me fait tant chavirer le coeur :-)

    Douces bises pleines de tendresse ma douce gazelle.

    Commentaire par Kayacaramel — 15 mai 2014 à 10 h 57 min

  3. Que dire après cet article et ce poème si émouvant…..de grosses bises et beaucoup de réconfort <3

    Commentaire par Flocréa — 15 mai 2014 à 18 h 02 min

  4. Parce que tu es tel l'arbre, majestueux souvent, mouillé et dépouillé les nuits et jours d'hiver et de tristesse

    Plein de sève à nouveau, plein de vie, d'amour pour recueillir toutes les créations de Dieu, des dieux

    Parce que il aimerait se poser tel l'oiseau fragile sur tes branches enfin vertes et fleuries riche de son humus

    tout retourne à la terre et répare ainsi.

    Je t'embnrasse mon amie et le lilas, c'est aussi les éclats de rire de ma mère, les chapardages dans la campagne française, un gout de tout, de moments intenses et vifs et précieux, ils vont revenir, ils sont là

    Comme le temps des lilas, à leurs rythmes, leurs grés, à la vie amie mienne.

    Baisers doux ma Duva

    Commentaire par mlk — 15 mai 2014 à 18 h 23 min

  5. Ma chère sirène,

     

    Que nous soyons là ou pas, que nos amours soient là ou parties, tant que la terre tournera, à chaque printemps, les lilas fleuriront puis les coquelicots seront écarlates comme des cœurs battants . C'est la cruelle et forte leçon de la nature, celle de la permanence dans l'impermanence.

    je t'embrasse fort

    Commentaire par venezia — 15 mai 2014 à 18 h 31 min

  6. Tu n'avais pas envie de couleur

    Mais , il en restait une dans ton coeur

    Rouge

    Comme l' Amour

    qui était , qui est , et sera

    pour toujours

    Commentaire par patsch — 15 mai 2014 à 19 h 01 min

  7. Irène, ton tableau est magnifique.

    Telle est la vie des hommes. Quelques joies très vite effacées par d'inoubliables chagrins. Marcel Pagnol

    Je t'embrasse très fort.

    Commentaire par Colchique — 15 mai 2014 à 20 h 27 min

  8. L'amour demeure et persiste … toujours …

    Je t'embrasse

    Commentaire par Cannella — 15 mai 2014 à 23 h 18 min

  9. Merci Alex <3

     

    Commentaire par Irene — 16 mai 2014 à 8 h 36 min

  10. Merci Kaya ; c'est la vie … Nous apprenons,, nous devons apprendre, nous devons grandir, nous devons fortifier notre âme et nous approcher de l'impermanence et, surtout, la comprendre.

    Mon prochain tableau est bien avancé, il me plaît beaucoup.

    Bieses à toi et belle journée :-)

    Commentaire par Irene — 16 mai 2014 à 8 h 39 min

  11. Merci Flo de ta présence fidèle. Croie bien que c'est du réconfort :-)

    Commentaire par Irene — 16 mai 2014 à 8 h 40 min

  12. Ma poétesse, ma magicienne des mots, ma Parigote … Tout est là, encore un peu enseveli, mais comme toi, comme nous tous, je retrouverai, le "vivant". Et ce sera bien et bon. Si la souffrance de l'amour est encore de l'amour, le souvenir de l'amour également.

    Douces bises :-)

    Commentaire par Irene — 16 mai 2014 à 8 h 45 min

  13. Ma chère Princesse,

    J'ai vu – et admiré – les coquelicots. Ils sont là, ils commencent à nous charmer. Si forts et si fragiles.

    En parlant d'impermanence, je viens de lire un livre fort insolent, fort intéressant. Même si on n'est pas bouddhiste, le principe de l'impermanence devrait nous être familier. Je te donne le nom et les références de ce livre :

    "N'est pas bouddhiste qui veut" par Dzongsar Jamyang Khyentse. Editions NiL.

    Je t'embrasse.

    Commentaire par Irene — 16 mai 2014 à 8 h 51 min

  14. Patsch, merci à ce défi vert qui t'amène chez moi où je te souhaite la bienvenue.

    Tu as tellement raison ! Il n'y a qu'une couleur et je voulais que cela soit du rouge. Je le voulais absolument. Avec de tableau il y en aura deux autres et la touche de couleur qui ressortira sera encore du rouge. J'espère, ensuite, parvenir à reprendre ma vie de peintre dans la normalité. Retrouver toutes les couleurs, en avoir envie.

    Je te remercie de tes mots apaisants.

    Commentaire par Irene — 16 mai 2014 à 8 h 56 min

  15. Ma chère Colchique. Pour dure que soit la phrase de Marcel Pagnol, elle est quand même vraie … Je pense que c'est en raison de ces "inoubliables chagrins" que nous devons – ainsi que je le dis chaque année pour les voeux – aimer très fort ceux que nous aimons, être dans la joie de l'amour et de l'affection, de l'amitié qui nous sont donné de vivre. Faire provision de bonheur.

    Je t'embrasse et te remercie.

    Commentaire par Irene — 16 mai 2014 à 9 h 00 min

  16. Merci Cannella, belle journée à toi. Bises :-)

    Commentaire par Irene — 16 mai 2014 à 9 h 00 min

  17. C'est tellement intime l'expression de la douleur à la perte d'un être cher. L'amour pour eux ne change pas avec la perte, il a peut-être plus d'acuité avec leur absence physique.

    D'où l'importance de ne jamais oublier de dire souvent à nos proches, famille, amis, et même connaissances vagues, notre affection ou notre intérêt. On l'oublie trop.

    Je ne sais que te dire d'autre qu'heureusement que les lilas refleurissent.

    Je t'embrasse

    Commentaire par michele — 23 mai 2014 à 14 h 34 min

  18. Je suis heureuse de l'avoir aimé très fort, de le lui avoir dit, d'avoir fait ce tableau scupture insensée pour lui. C'et un grand apaisement de savoir que tout était dit et prouvé de notre affection.

    Pour le reste, effectivement, les lilas refleurissent …

    Je t'embrasse ma chère Michèle.

    Commentaire par Irene — 31 mai 2014 à 10 h 54 min

Laisser un commentaire

Les paragraphes et retours à la ligne sont automatiques. Les adresses de messagerie ne sont pas affichées. HTML autorisé : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


Captcha:

Fermer cette fenêtre.

1,027 Propulsé par WordPress.