Akimiti

Commentaires

Flux RSS des commentaires de cet article.

L’adresse web pour faire un rétrolien sur cet article est : http://www.terra-amata.com/akimiti/archives/2442/trackback

  1. Mon hv de palme bio provient de Colombie. Cultivée sans pesticide et gérées durablement
    Rien à voir avec celle issue d’Asie (Indonésie..), du Nigéria ou d’Amérique du sud. Dans ces régions, il y a en effet une vraie destruction de l’environnement (espèces animales, déforestations..)

    Pourquoi faudrait il jeter le discrédit sur les filières qui respectent l’homme et la nature ?

    Commentaire par patte — 6 août 2009 à 13 h 43 min

  2. Comme d’habitude, il y a des exceptions, pas facile de faire le bon choix, pas pour nous, mais pour eux… toutes les personnes dans le besoin, de travailler, de se nourrir…
    J’ai décidé de limiter ma consommation d’huile de palme ( bio )il y a plusieurs semaines… une goutte d’eau dans l’océan, mais si ça aide un peu la nature et les hommes, c’est déjà ça !
    Un grand merci pour ton post et les liens.

    Commentaire par tit balinou — 6 août 2009 à 14 h 33 min

  3. Irène, vraiment tu m’épates et me fait plaisir, merci pour tous ces liens
    J’aimerais assez commencer mes émois savonnesques sans faire trop de dégats et jusqu’à maintenant j’ai acheté de la palme issu du bio et equitable(j’avais lu un article dans Libé, dénoncant même dans la filière bio, le racket opéré par les mercenaires à l’encontre des villageois en Colombie) donc là aussi tout n’est pas simple, voire plus compliqué que le mains à mains+ le coût écologique
    En même temps, si on connait une Mamma Africaine qui te donne le produit de son village, sans arnaquer personne juste et surtout pour vivre, je suis partante et largement, car la filière africaine est aux mains des femmes, elles voyagent beaucoup
    et c’est plus intime(je suis pas trop claire là)
    Bref, je profite des voyages ou des retours des copains au pays
    pour avoir de l’argan, du karité, et maintenant que je savonne
    de la palme…bon ,moi je vais me servir du tamtam communautaire ouvert et généreux et avec petits grains s’il vous plaît
    Il y a tout de même un truc qui me chiffonne, et c’est le fossé flagrant entre le Nord et le Sud, les riches et les pauvres
    nous, nous interpellons pour savoir si dans nos cosmétos it’s
    correct, mais le reste du monde est à mille lieux de nos états d’âme…Moi, je mange à ma faim, donc je peux divaguer
    mais quid d’un ventre vide et gonflé
    J’ai trop vécu cela en live lors de mes voyages, voire ici
    Irène, je t’adore simplement

    Commentaire par mlk — 6 août 2009 à 15 h 30 min

  4. @tit balinou :”pas facile de faire le bon choix, pas pour nous, mais pour eux… toutes les personnes dans le besoin, de travailler, de se nourrir…”
    Oui, c’est cela, même si nous ne sommes qu’une goutte d’eau dans la mer. Merci de ton témoignage.

    @mlk : La Côte d’Ivoire, mais en fait l’Afrique de l’Ouest, c’est mon enfance, mon adolescence. J’ai mangé le “foutou” cuit dans l’huile de palme des villages et puis … je n’ai plus pensé à l’huile de palme jusqu’à ce que l’envie de faire des savons me prenne.
    Oui, les Mamma Africaines si entreprenantes, si courageuses, si fortes dont les villages peuvent profiter, eux, de leur travail. C’est cela.
    Car ne rêve pas mlk, tu as lu les liens, il y a des sociétés qui exploitent littéralement les paysans et l’idéal, c’est contourner ces multinationales. Dans ce cas, je crois que “small is beautiful”.
    Mais je n’ai pas de certitude ; chacune viendra donner son sentiment, ses filières.

    Commentaire par Irene — 6 août 2009 à 16 h 03 min

  5. Dans cette logique, on devrait boycotter la marque Markal que l’on trouve sur Mon marchand.com par exemple.
    Extrait de l’échange que j’ai eu avec Cécile THOMAS :
    “La matière première permettant la réalisation de l’huile de palme biologique en 500g que nous vous vendons provient de la Colombie. Les producteurs sur place sont engagés dans une démarche dont le principe est la non déforestation. Pour l’instant il n’existe pas de certification des plantations mais la filière est s’organise autour de l’organisme PROFOREST et de la coopération RSPO qui est une initiative mondiale multi acteurs portant sur la production de palme durable. Le but est de favoriser l’expansion de la production et de l’utilisation durables de l’huile de palme.

    Cordialement”

    Et la marque Philippe Vigean qui travaille avec une ONG locale et certifiée par WWF

    Bien sur, ce sont des “gros”..mais on n’a pas tous la possibilité d’avoir des amis en Afrique ou autre
    Alors soit on fait confiance aux labels, aux certifications données, soit on met une croix sur l’utilisation du beurre de palme (MAIS à ce moment là, il faut regarder aussi d’autres productions intensives qui dévastent l’environnement

    Commentaire par patte — 6 août 2009 à 19 h 40 min

  6. c’est un sujet fort complexe, donc difficile d’y réfléchir en noir et blanc.

    En afrique, la palme a été une culture de rapport, il me semble, avant que les africains ne se la réapproprient pour l’utiliser dans la cuisine. La palme rouge renferme beaucoup de b carotène et quand elle était cuisinée avec des légumes (Michèle m’avait expliqué ça très bien) dans le cadre d’une alimentation peu riche en graisses, elle donnait un régime équilibré.
    Au brésil, notamment dans la région de salvador de bahia, avec une population métissée, la palme a été utilisée dans la cuisine sacrée (pour honorer les Orixas) avant de passer dans le quotidien.

    Tout ça pour dire que c’est quelque chose qui fait sens dans ces cultures, il serait absurde de l’éradiquer.
    Maic ce sont des consommations vivrières.

    Pour la palme cultivée à perte de vue comme je l’ai découvert en Indonésie o u en Malaisie, c’est terrifiant de voir ces alignements de palmiers à perte de vue, … et bien gardéds. c’est esthétiquement très beau (j’adore les palmiers) mais ça fait froid dans le dos. C’est la raison épidermique pour laquelle je n’utilise pas de palme sauf de temps à autre de la rouge (achetée en magasin africain )quand je faisais des cremes pour les mains très protectrices et sauf un pack de margarine leader price, que j’avais acheté un soir où je voulais absolument tester une recette (tout était fermé dans mon coin sauf le leader price); ce paquetest un reproche vivant, je m’oblige à le terminer, car je me vois mal jeter le reste à la poubelle!

    la palme est d’autant plus dans le collimateur qu’elle incarne deux des fléaux de l’Occident:

    -l’utilisation des graisses hydrogénées dont celle de palme dans l’alimentation de grande , pas top du tout pour la santé

    -le gaspillage écolo que constituent certains bio carburants où elle est très utilisée.

    il y a un abime plus qu’un fossé entre le nord et le sud. Ce qu change néanmoins-et tant mieux- c’est qu’il me semble que peu à peu le sud accède plus facilememnt à l’information qu’avant. Et c’est à nous d’aider à acélerer ce changement.

    car les multinationales profitent non seulement d’un rapport de force inégal mais aussi de la déculturation des gens.

    J’ai trop vu, en me baladant au fin fond du Brésil, des fruits somptueux -et locaux!!- pourrir sur les arbres car les gens, des sans terre deracinés venus chercher du travail dans des zones pilote- ne voulaient pas les manger, préférant le riz et la farine de manioc qu’ils connaissaient.

    Pour moi, la palme est un problème global…
    Comme les gens sont d’abord concernés par leur nombril, je ne suis pas trop pessimiste; Si on explique en long et en large, que la palme hydrogénée est catastrophique pour leur santé,ça peut faire baisser cette demande.

    Pour les bio carburants, en revanche, je suis nettement moins optimiste…

    Commentaire par venezia — 6 août 2009 à 21 h 30 min

  7. Moi aussi ça me pose problème d’utiliser l’huile de palme. J’ai dàcidé de n’en mettre que 10% dans mes savons, vu que je connais les problèmes causés par cette culture. Mon huile vient d’une épicerie africaine. La dame qui la tient m’a dit qu’elle est bio et qu’elle ne cause pas de dégâts sur l’environnement, mais je ne peux pas aller véréfier sur place, donc je lui fais confiance. Je crois que cette huile vient de Côte d’Ivoire, mais je ne suis plus sûre, pour moi l’Afrique est un grand mystère.
    On peut se demander par quoi remplacer cette huile. Le saindoux suppose de tuer des animaux, même de façon indirecte. De plus rien ne prouve que le saindoux soit issu d’élevages respectueux des animaux. Et si on ne met que du coco comme huile dure, le savon ne perd-il pas en douceur?
    Même une passion aussi inoffensive que celle des savons nous met parfois devant des choix cornéliens!

    Commentaire par Patricia — 6 août 2009 à 21 h 44 min

  8. Venezia, je n’avais connu l’huile de palme que dans son contexte de culture vivrière, et je dirais naturelle car il n’y avait pas de plantations.

    Il y a un autre problème dont j’ai des difficultés à parler parce que cela devient de la politique mais il y a des gouvernements dans certains pays du sud – si l’on veut schématiser – qui vendent littéralement les terres de leur pays. A cela nous ne pouvons rien.

    Les bio carburants sont une catastrophe, une terrible catastrophe. Mais cela commence quand même à alerter au plus haut niveau et il faut garder espoir car cela sera, de toutes façons, impossible de faire rouler les voitures ainsi sur le long terme. Car il faudra choisir : ou manger, ou la culture pour les bio carburants. Mais, en attendant, ces terres défrichées, ces forêts dévastées …

    Merci de ton témoignage “de visu”.

    Commentaire par Irene — 6 août 2009 à 22 h 17 min

  9. @Patricia, c’est bien l’objet de cet article : essayer d’y voir plus clair.

    J’ai écrit à certains fournisseurs, à un en particulier qui avait le label AB pour de l’huile de palme de Côte d’Ivoire et je donnerai sa réponse.

    Commentaire par Irene — 6 août 2009 à 22 h 24 min

  10. Merci de tous vos points de vue les filles, nous nous questionnons
    et apprenons, sinon continuons à être vigilantes et c’est cela le principal…Ne pas passer à côté de la communication et rester “éveillées”
    @Patte
    Tu ne savonnes pas encore Patte? dans quoi mets tu ton huile de palme” vigilante”?
    Je n’ai utilisé la palme, que une fois pour un baume et pour voir si elle captait bien les parfums, mais je ne l’ai plus jamais utilisé
    dans mon quotidien de cosmeteuse et cuisinière (j’aime l’olive)
    Par contre pour les savons, je la consomme depuis le jeudi pas noir mais rose et gai et au vu des réflexions constructives des unes et des autres, j’ai hâte d’apprendre à composer sans ou avec une qui ne blesserait personne et qui permettrait un vrai libre échange
    Paris la “cosmopolite” est riche de femmes hardies et amicales entre Chateau rouge et Barbès qui ne demandent quà apprendre et nous faire connaître les trésors de leurs pays
    J’aime marcher et parler au gré des rencontres ici ou ailleurs
    Si sur la toile l’échange est possible, quel monde nous est ouvert
    en trottant à la rencontre de l’autre si proche

    Commentaire par mlk — 6 août 2009 à 23 h 00 min

  11. Difficile en effet Mlk, d’y voir clair dans les filières. Je mettais appliquée l’année dernière à interroger les producteurs “bio” et “équitables” pour utiliser cette huile
    maintenant…le doute est de mise effectivement

    Je l’utilise dans les baumes, comme beurre semi dure, pour son odeur totalement neutre. Cela me permet de mieux profiter des synergies d’he.
    Comme mon karité vient parfois s’immiscer dans le parfum final (surtout quand j’utilise des he “racines”), je préfère minimiser son % au profit de la Palme

    Et je dois aussi avouer, que parfois, à cours de karité (que maintenant je privilégie de qualité -fini le karité de chez Velan dont la qualité s’est vraiment dégradée), j’opte pour l’hv de palme que j’ai dans ma boutique bio près de chez moi

    Là encore..un réflexe de consommatrice du “Nord”

    Bref, Irene a soulevé une question très sensible.

    PS : je me remet aussi en question quand je vous lis et que je relis mes réponses. Est ce que je ne cache pas consciemment la réalité derrière mes “filières bio et équitables” ?
    La petite recherche que j’avais faite l’an passé auprès des producteurs, n’avait elle pas pour but de me déculpabiliser ?
    Les labels peuvent aussi servir à se protéger…

    Commentaire par patte — 7 août 2009 à 0 h 04 min

  12. Quand j’ai commencé à savonner, je prenais de l’huile de palme bio et équitable. Et puis j’ai voulu stopper toute incitation à la production d’huile de palme autre que vivirère. Donc ça fait un an que je me passe totatelement de palme dans mes savons. j’ai remanié un peu mes recettes, et les savons ne pâtissent aucunement de cette absence !
    Par contre, ce qui m’intéresserait, ce serait de trouver des adresses de producteurs équitables pour les beurres de cacao et karité…

    Commentaire par Nansou — 7 août 2009 à 7 h 57 min

  13. Je vais jeter un pavé dans la mare et me faire l’avocat du diable : j’adhère à votre démarche écologique et oui, il faut se questionner et faire avancer les choses.
    Mais, comme en toutes choses, il faut raison garder : les mêmes qui vont décrier l’utilisation de l’huile de palme ou d’autres choses peu écolos (que ce soit bien clair, je ne parle pas de qui que ce soit en particulier, c’est juste une réflexion générale et qui s’applique à moi aussi dans une certaine mesure) vont commander à l’autre bout du monde, voyager et prendre l’avion, manger des fruits hors saison et ges antipodes, prendre une douche en laissant l’eau couler, tirer la chasse à chaque passage, prendre la voiture sur 500 mètres pour aller plus vite, acheter beaucoup plus de fringues que nécessaire, etc, etc …la liste n’est pas exhaustive.
    Alors, oui à la responsabilisation de chacune/cun, dans l’utilisation de l’huile de palme comme dans tout, mais non à la culpabilisation systématique.
    Je ne crois pas être méchante mais j’aime bien que les pendules soient à l’heure.

    Commentaire par chabou — 7 août 2009 à 8 h 26 min

  14. Je pense que nous vivons dans un monde ouvert, où nous consmmons tous les jours des produits venus d’autres horizons: thé café, épices, chocolat pour parler des plus répandus.

    L’économie est ainsi faite-pour l’instant-c’est que si nous stoppons la consommation de tous ces produits, -dont la gestion hélàs est de type post -colonial-,on ruine encore plus l’économie du sud. Ce qu’il faut changer, c’est la façon dont ces produits sont obtenus, en veillant un respect autant humain qu’écologique.

    J’ai vu par hasard recemment un reportage TV sur le thé de ceylan (de qualité). La façon dont les ramasseuses étaient traitée était indigne. A la fin du reportage, on intertogeait un cinghalais qui produisait avec le label thé équitable. Il y avait une petite école et une creche sur la proprété. ll disait: les gens gagnent (un eu plu… ils ise sentt responsabilsés et ils travaillent bien mieux. Nous y gagnons tous.

    J’ai visité , pour ma part, des plantations de café équitable(en (pas forcement bio mêm’… ) au Nicaragua il y a deux ans. Mieux produit, le café obtenait des médailles, avait de bons débouchés, et, sans parler de vie opulente, les gens sortaient peu à peu la tête du trou;

    Changer les conditions de vie du Sud ‘est un travail de longue haleine

    Mais il me semble que la meilleure façon de squizzer la politique des multinationales, c’est bien de ne jamais baisser les bras… mais pas de se replier sur nous memes (en ne buvant plus de thé, de café, etc… ) sinon on leur laisse le terrain libre pour agir n’importe comment.

    Commentaire par venezia — 7 août 2009 à 9 h 11 min

  15. Excusez les fautes d’orthographe et les lettres qui manquent mais sur canalblog on ne peut pas lire les commentaires avant leur publication!

    Commentaire par venezia — 7 août 2009 à 9 h 13 min

  16. Coucou Chabou , heureuse de te lire
    Mon post n’a pas pour but de culpabiliser qui ce soit et j’etais moi même relativement mal informée a ce sujet ; je suis certaine que nous faisons déjà beaucoup chacune , perso
    ai une voiture hybride ce qui est déjà moitié moins de consommation ce qui me permet de commander certaines he très loin en culbabisant moins ! Bon. je plaisante !
    Liberté chérie , j’écris ton nom … Donc, il s’agit d’un échange de d’idées , d’avis et d’informations
    sur que je vais chercher des petits fournisseurs locaux et dans des pays dont je sais qu’ils ne pratiquent pas la culture intensive du palmier a huile (petit probleme avec mon clavier pour les accents). Si j’ai des infos a ce sujet, je vous en informerai.

    Commentaire par Irene — 7 août 2009 à 9 h 18 min

  17. Chabou : je suis entièrement d’acord avec toi ! Nous avons toutes, sur certains domaines, des modes de consommation polluants, non équitables etc…Mais je pense que si tu entreprends uen démarche responsable vsi-à vis de l’huile de palme, c’est que par ailleurs, tu réfléchis aussi à la façon dont tu achètes et tu consommes. Sans culpabilisation à avoir ! Ce n’est pas une conso personnelle qui va changer la face du monde. Mais ça reste bien de s’interroger. Et souvent, ça finit par interpeler l’entourage, et c’est encore mieux !

    Commentaire par Nansou — 7 août 2009 à 9 h 54 min

  18. j’évite !!

    Bonjour,
    C’est par rapport au problème qu’engendre la culture pour la production de l’huile de palm que je suis venue sur ce blog, afin de faire moi même mes produits. En magasin, dans la plupart des étiquettes de compositions on lit “huile de palme”. Et moi, à présent, je veux éviter.
    J’ai été un peu étonnée quand j’ai vu “huile de palme” dans certaines de vos compositions.
    Je pense que si on se met à fabriquer nous même nos produits de soin quotidien, c’est qu’on veut faire un geste pour la planète. Et on peut aisément se passer de cette huile, il y en a tant d’autres !

    Commentaire par helvetie — 7 août 2009 à 10 h 10 min

  19. Bonjour et merci a toutes de vos témoignages.
    Cependant, j’aimerais apporter une petite précision : autant je suis absolument contre les plantations a échelle industrielle du palmier a huile, autant je pense que certains villages, dans certains pays peuvent en profiter de façon humaine et bénéfique pour leurs habitants.
    @Patte, je te remercie de ton dernier message : ce n’est pas facile, il est vrai. Pour tes préparations dans lesquelles tu désires préserver au maximum la qualité des HE. tu as le beurre de nilotica qui est vraiment exceptionnel.

    Commentaire par Irene — 7 août 2009 à 11 h 07 min

  20. Depuis quelques semaines que je connais ce blog, je le lis avec passion et je me suis mise à faire des savons, des vrais, j’avais déjà fait de la refonte avant.

    Je vous remercie toutes de vos bonnes idées. Que pensez-vous du saindoux? Est-ce mieux au niveau écologique? Et pour le savon? J’ai aussi trouvé du beurre de karité bio dans la même épicerie afrcaine où j’achète l’huile de palme bio, mais très très cher, je ne peux l’utiliser à la place de l’huile de palme, c’est juste un petit supplément pour certains savons, mais quand je serai plus experte.

    A celles d’entre vous qui habitent en Suisse (il doit y en avoir!) où acheter des produits équitable et des huiles “spéciales” autres que celles que l’on trouve facilement (noisette, onagre, amande etc)? Et le beurre de cacao?

    J’ai vu qu’il y a plein de fournisseur “soap making” aux USA ou en Angleterre, n’y a t’il rien de plus près? Car faire venir ces marchandises du bout du monde ou même de l’Europe pollue aussi.

    Merci de vos conseils à une débutante qui rêve d’être aussi chevronnée que vous.

    Commentaire par Patricia — 7 août 2009 à 18 h 05 min

  21. Patricia, si tu habites en Suisse, voici une adresse très intéressante :

    http://www.anaelys.ch/pages/Presentation

    Ils sont sympathiques, ont des produits au kilo, une huile de tournesol bio, bref, regarde toi même.
    Pour l’instant, il sont en congé jusqu’au 22 août.

    Commentaire par Irene — 7 août 2009 à 19 h 05 min

  22. Toujours pour Patricia, les savonnières expertes et pleines d’imagination, sur la blogsphère, tu en trouveras facilement. Je peux t’indiquer cette adresse :

    http://sassenach.canalblog.com/

    où tu auras des idées de savons sans huile de palme et encore :

    http://sassenach.canalblog.com/

    qui vient d’éditer deux jolies brochures téléchargeables.

    Commentaire par Irene — 7 août 2009 à 19 h 12 min

  23. Excuse-moi, la deuxième adresse est la suivante :

    http://maiskeskafee.free.fr/

    Elle donne son ressenti par rapport aux huiles utilisées.

    Commentaire par Irene — 7 août 2009 à 19 h 15 min

  24. Ben, aujourd’hui je me suis promenée entre Barbès et Chateau Rouge à Paname et c’est noir de monde(ih!ih!)
    Je n’ai pas trouvé la fameuse palme “dérougie” de Michèle et de culture vivrière, mais j’ai rencontré plein de fiançés potentiels dont un avec des supers chaussures rouges à pompoms vernis
    la classe “mac” bref super ballade ouvrière et canaille et réaliste
    Sinon pour les moukes en ce moment chez Tati il y en a plein en silicone, pas chers(coquillages, carré etc) pas tout à fait hs mais quand même un peu
    ça déride, le hs et les galants à pompoms rouges
    Bises les copines

    Commentaire par mlk — 7 août 2009 à 19 h 45 min

  25. Mlk s’enKanaille chez les koquins très klasse.
    Je ne pense pas que tu avais spécialement besoin d’être déridée mais tant mieux si tu t’es sentie très kourtisée réalistikement !

    La chaleur est très chaude : tu étais in the mood et tu as même vu des molds OK !

    Commentaire par Irene — 7 août 2009 à 20 h 41 min

  26. Irene, et dire que tu as ouvert cette discussion en plein moi d’août
    Imagine en pleine saison…le flot qu’il y aurait eu !
    J’attends avec impatience les informations que tu pourras réunir. Je mettrais ainsi à jour mes recherches sur le sujet !

    Commentaire par patte — 8 août 2009 à 0 h 10 min

  27. Patte, je n’ai que des mauvaises nouvelles …
    Et même parfois plus que surprenantes. Exemple, un site indiquant une provenance de l’huile qui me convenait, site “équitable”. Je demande par mail confirmation de la provenance de l’huile et … elle venait de Malaisie et non équitable … Si je n’avais pas été sur mes gardes, j’aurais pu me laisser prendre.

    Alors, munie de vos informations et de celles que j’avais pu réunir, j’ai informé mon mari ce matin du résultat de mes recherches et de vos commentaires. Il connaît très bien le marché des matières premières, je le sais, mais il m’a donné d’autres informations pas roses… En gros, l’huile de palme issue de cultures vivrières, c’est un mythe tout simplement parce qu’il n’y en a pas assez pour les populations locales, elles l’utilisent pour leurs propres besoins. (Michèle aura des informations à nous donner à ce sujet).
    Les labels de certains pays sont peu fiables et ce n’est pas la faute des commerçants. C’est tout juste s’il ne faudrait pas aller vérifier sur place que les paysans et travailleurs de ces plantations sont traités correctement !

    Il m’a dit qu’évidemment, mais nous le savons toutes, qu’il faut bannir absolument l’huile de palme de notre alimentation (il y en a déjà partout …).Il estime qu’à terme la culture en qualité de bio carburant ne tiendra pas la route car cela sera au détriment des cultures nécessaires à l’alimentation. Mais, au niveau de la déforestation, le mal sera fait.

    Donc, voilà. Je suis bien déçue.

    Commentaire par Irene — 8 août 2009 à 9 h 39 min

  28. MLK ton dernier message m’a fait rire aux éclats !

    Sinon pour en revenir au sujet, je ne savonne pas encore avec la soude donc je ne connais pas trop mais j’ai lu énormément de choses sur l’huile de palme et je BANNIS autant que je peux de mon alimentation (le self le midi, je peux pas vérifier, sinon j’amène mes plats ; quand on mange chez des amis ou au resto. Mais est ce que la palme rouge que je vois en magasin africain ainsi que celle qu’on peut trouver dans certains produits bio (je ne parle pas d’hydrogénée)sont nocives pour la santé ? Enfin plus qu’une qu’on retrouve dans des chips 1er prix par exemple ?
    Pareil j’y connais rien en biocarburant car je n’ai pas le permis.
    Enfin ce que je déplore c’est les paysages qu’on massacre pour cette culture. Ok ça fait vivre certaines personnes (même qu’elles se font déjà abuser à la base vu combien c’est vendu ici) mais malheureusement ce sont plus de ravages que de bienfaits.

    Commentaire par Paisley — 8 août 2009 à 9 h 45 min

  29. Regarde ce lien Paisley, et tu en sauras davantage, ainsi que Venezia l’a expliqué plus haut :

    http://forums.futura-sciences.com/sante-medecine-generale/134779-huile-de-palme-danger-sante-cauchemar-ecologique.html

    En l’occurrence, “bio” veut dire qu’elle serait cultivée sans pesticides mais cela ne change rien au niveau de sa composition.

    Commentaire par Irene — 8 août 2009 à 10 h 05 min

  30. Une information de Greenpeace :

    http://www.greenpeace.org/france/news/huile-de-palme-unilever-cede

    et une autre du WWF : (le tableau est intéressant et confirme l’information de greenpeace :”à partir de 2005″ …)

    http://www.centpourcentnaturel.fr/post/2008/12/11/Limpact-des-plantations-de-palmiers-a-huile-sur-les-forets-indonesiennes-et-de-soja-sur-les-forets-amazoniennes

    Je ne suis pas une passionnaria … C’est pour essayer de faire le tour du problème.

    Commentaire par Irene — 8 août 2009 à 10 h 14 min

  31. J’ai continué mes recherches ai eu quelques contacts téléphoniques grâce auxquelles je suis parvenue aux conclusions suivantes :

    Le RSPO n’est pas, ou plutôt pas encore, “la” référence sur laquelle on puisse se reposer totalement : on pourra considérer cette certification vraiment effective à partir de 2013.

    http://www.greenpeace.org/belgium/fr/news/rspo-scandal

    Je vous donne ici – en gros – les objectifs RSPO :

    http://www.candelis.fr/doctelecharg1/RSPO%20fr.pdf

    Si vous regardez le lien de “centpourcentnaturel” donné plus haut, vous verrez que la société Unilever s’est engagée mais que le résultat de sa position n’entrera pas dans les faits avant plusieurs années.(et vous verrez en rouge la liste de ceux qui ne se sont pas engagés …) Sur ce lien, vous avez un pdf très intéressant à ouvrir :

    http://forets.greenpeace.fr/huile-de-palme-unilever-cede-a-la-pression-de-greenpeace-en-appelant-a-un-moratoire-immediat-sur-la-deforestation-en-indonesie

    Pour l’instant, il paraît – je dis bien il paraît – (mais comme je n’en n’ai pas, je ne peux le confirmer) que la provenance de l’huile de palme bio n’est pas inscrite sur les emballages.
    C’est donc aux distributeurs de s’assurer de la provenance de leur huile, les organisations Rain Forest Alliance et Proforest paraissant les plus sérieuses.

    Il faut donc, pourtant, prendre en compte le fait que l’huile de palme – même certifiée bio – ne provient pas de la déforestation, et cela me paraît impossible à vérifier.

    Il faut attendre qu’un label reconnu soit apposé sur l’huile de palme bio et que l’étiquetage indique le pays de provenance.

    Je garde quand même en mémoire qu’une indication de provenance indiquée sur internet s’est avérée fausse après que j’ai demandé confirmation.

    Voilà ce que je peux vous dire.

    Commentaire par Irene — 9 août 2009 à 14 h 27 min

  32. Merci Irène , ya plus ka maintenant
    “Motivées, motivées il faur rester motivées”

    Commentaire par mlk — 9 août 2009 à 21 h 39 min

  33. A cette adresse,pour celles que cela intéresserait, vous trouverez certaines recettes de savons sans huile de palme (il faut bien que je me fasse pardonner !)

    http://millersoap.com/soapallveg.html#AllVegContents

    Commentaire par Irene — 10 août 2009 à 13 h 22 min

  34. A grande dame, nulle pardon car jamais elle ne faute et s’il en était ainsi il lui serait pardonné
    Et merci, encore pour les bons plans

    Commentaire par mlk — 10 août 2009 à 13 h 28 min

  35. Irene : “En l’occurrence, “bio” veut dire qu’elle serait cultivée sans pesticides mais cela ne change rien au niveau de sa composition.”
    C’est le principe du bio non ? Ce sont les moyens de production qui sont pris en compte. Pas la compo du produit final (???)

    “C’est donc aux distributeurs de s’assurer de la provenance de leur huile, les organisations Rain Forest Alliance et Proforest paraissant les plus sérieuses.”
    Je te rejoins. Même si pour l’instant, le sytème et encore trop fondé sur la confiance ..ce qui n’est pas mal. Mais quand c’est à l’égard de “gros distributeurs”, un peu moins !

    Merci Irene

    Commentaire par patte — 10 août 2009 à 21 h 13 min

  36. Patte, c’était une ellipse peu compréhensive et qui concernait en l’occurrence la nocivité de l’huile de palme alimentaire (et ne parlons pas de celle hydrogénée …). Ma phrase était fort mal construite !

    Commentaire par Irene — 10 août 2009 à 21 h 29 min

  37. Irène, j’ai pris le temps de tout lire car ça me concerne, évidement à plus d’un titre.

    Je suis détruite par la duplicité du monde dont les inventions pour profit m’effarent toujours. Je croyais une partie de l’Afrique épargnée par le fléau “palmiste”…

    Mais je tiens tout de même à préciser qu’effectivement l’utilisation de l’huile de palme dans l’alimentation occidentale est totalement aberrante car on l’a introduite partout.
    Il y en a dans tous les gâteaux, les sauces, les céréales, le chocolat, les bonbons, les frites … partout, dans tout ce qui est fabriqué industriellement, elle est souvent masquée sous ce doux nom d’huile végétale, elle s’insinue avec une vigueur qui fait peur même dans le bio où elle aide à apporter une rondeur en bouche à des aliments austères…

    Elle est le plus souvent hydrogénée et là c’est horrible d’en imaginer les dégâts sur le coeur dès 35/40 ans!

    C’est réellement dans l’alimentation que je la traque avec férocité car je donne à manger à ma famille et je sais qu’en n’y faisant pas attention, je contribue à tapisser leurs artères avec cette cochonnerie.

    Mais je ne diabolise pas l’huile de palme rouge dans l’alimentation traditionnelle de certains pays africains.
    Elle est souvent utilisée en petite quantité dans des recettes riches en légumes ou féculents et surtout très pauvres en viandes ou autres sources d’acides gras saturés.

    On a besoin de ces acides gras saturés mais en petite quantité et surtout pas sous forme hydrogénée!

    Les margarines aux omégas 3 reconnues bonnes et même remboursées pour la santé des personnes ayant du cholestérol et traitées par des hypocholestérolémiants contiennent une certaine quantité d’huile de palme non hydrogénée.

    J’insiste sur le fait que c’est pour les personnes traitées et pas les autres et j’insiste aussi sur le fait que cette palme n’est pas hydrogénée…
    On a besoin d’une certaine quantité d’acides gras saturés pour vivre mais pas n’importe laquelle et pas en n’importe quelle quantité!

    Alors c’est vrai que j’utilise l’huile de palme Vigean ou la rouge dans mes savons, que je mange de l’huile de palme orange africaine, mais je boycotte le plus possible les produits alimentaires industriels qui en contiennent.

    Suite à ma réflexion sur le savon de Venezia à la poudre d’encens, j’ai fabriqué 3 petits savons du débutant avant de partir en vacances:
    31% coco, 27% palme (ou karité ou cacao), 42% olive pour comparer.

    Et dans ces proportions là, je ne vois pas de différences…

    Merci Irène pour ces informations et pour cette recherche que je vais suivre.

    Commentaire par michele — 20 août 2009 à 21 h 41 min

  38. un peu de reflexion

    Bonjour a tous.
    Tout d’abord, je ne mets pas d’accents a cause du clavier, desole.
    J’habite en Asie depuis 20 ans et je connais bien toute la region d’Asie du sud est.
    Concernant l’huile de palme, j’ai pu lire que certains d’entre vous ne veulent pas en entendre parler car, la destruction des forets, les orang outans, …
    Alors, je vous pose une question: a votre avis, qui plante, qui nettoie la plantation, qui recolte? je vous pose la question concernant les milliers de petits producteurs qui vivent depuis des dizaines d’annees de ce metier.
    Je peux vous dire, que Unilever ou autre gros trust, ne sont pas proprietaires de la majeur partie des plantations locales. Celle ci, pour la plupart, approvisionnent des huileries independantes qui transforment les graines en huile, …, pour le marche local et international, principalement l’Afrique!
    Donc, je pense que, avant de prendre parti POUR ou CONTRE l’huile de palme (ou autre), il faut avoir une vision un peu plus large de la situation. Ce n’est pas parcequ’un petit nombre fait des desastres qu’il faut mettre tout le mon de dans le meme panier!

    Autre point que j’aimerais eclaircir: les produits BIO, certifies BIO!
    J’aimerais, si possible, pouvoir donner mon point de vue dans un autre article (celui ci est sur l’huile de palme) mais, bon, on pourra peut-etre en reparler plus longuement si vous m’en donner la possibilite.
    Juste, une reaction interessante que j’ai pu lire un peu plus haut: le fossé flagrant entre le Nord et le Sud, les riches et les pauvres, …
    Donc, vive le BIO! C’est apparement comme cela dans tous les pays riches!
    Ca ne me deplait pas, c’est meme tres bien comme idee. Mais savez vous ce que cela coute pour certifier des produits BIO?
    Croyez vous que les petit paysan asiatique, africain ou sud americain, qui fait son huile de palme ou de coco BIO, peut la faire certifier? Je peux vous dire que non!
    Donc, vive “les produits bio”, entre guillemets, car vous etes tous (amateurs de BIO dans le monde), bien loin des verites.
    Je vais finir la dessus:
    Suivant les normes de chacun des certificateurs BIO (France, Allemagne, USA, …), les produits doivent avoir un minimum de produits naturels dans la compo, un minimum de produits certifies BIO, et un petit pourcentage de produits synthetiques peut etre acceptes dans la dite composition. Voila, on a un produit BIO.
    Maintenant, prenons le cas d’un produit, tout a fait naturel dans sa composition, 100% vegetal. Malheureusement, les produits naturels ne peuvent pas etre certifies car 1 ou 2 sont d’origine culture intensive (donc pesticide,…). Le produit ne peut pas etre certifie BIO.
    Quel est le produit que vous allez acheter? Le BIO, je suppose, avec ses un peu moins de 5% de produits chimiques.
    Combien pensez vous que le produit 100% vegetal contient de produits chimiques? La reponse, quelques traces, au spectrometre.
    Alors, d’accord avec vous (les partisans du BIO), il faut arreter les pesticides, … mais c’est pour l’agriculture! Ca n’a rien a voire avec la cosmetique. Pour la cosmetique, il faut arreter les produits chimiques ou synthetiques, c’est tout!
    Voila, j’espere que l’on pourra en discuter dans un sujet plus adaptes.
    Pour votre Blog, super, bon boulot;-)
    Bonne fin de journee a tous.

    Commentaire par frederic — 9 septembre 2009 à 15 h 52 min

  39. pour ma part, il me semblait, justement, que tous les aspects des problèmes posés par l’utilisation de l’huile de palme était soulevé dans cette discussion : éviter un massacre écologique tout en permettant aux locaux de continuer à vivre de leur petite production… d’où l’accent sur le commerce équitable

    Commentaire par Nansou — 9 septembre 2009 à 20 h 13 min

  40. Le commerce equitable. Oui, c’est super sur le papier. C’est super aussi pour pour l’action commerciale, ca fait bien.
    Alors, commerce equitable = locaux qui ont un tres petit revenu. Et comment ils font pour certifier BIO? puisque tout le monde veut ca.
    Vous etes peut-etre pas encore au courant, mais depuis cette annee, les normes CE oblige les fournisseurs etrangers a se mettre aux normes GMP (Good Manufacturing Practice), BPF en Francais (Bonnes Pratiques de Fabrication).
    Ce qui veut dire, en gros, normes ISO pour la cosmetique. Investissements enormes sur les locaux de fabrication, sur le materiel (inox, materiel aux normes securitaires, …), sur les fournitures (vetements de travail, …), mise en place d’un systeme informatique pour la tracabilite, … et j’en passe.
    Un petit producteur d’huile de sesame 100% naturelle (sans pesticides, …) qui fabrique son huile avec une presse a energie animale, rien de plus naturel! combien vous croyez qu’il produit d’huile par jour? combien il gagne par jour?
    Alors, pour la certification BIO, il peut toujours rever, la certification commerce equitable, il pourrait surement l’avoir, mais pour vendre son produits vers l’Europe, ca va etre difficile maintenant.
    Vous croyez que tous les petits producteurs Africains, … vont pouvoir se mettre aux normes GMP? C’est cette certification qui importe aux douanes, repression des fraudes et ministere de la sante. Sans cette certification, le commerce equitable n’a plus lieu d’exister.
    Le client final, celui des pays riches, l’amateurs de BIO, de commerce equitable, il est ou? il est dans son petit cocon, il vente les merites du BIO, du Commerce equitable, … sans rien savoir de ce qu’il en ait reellement, alors qu’il devrait justement etre conscient de tout ca et agir.
    Je suis toujours surpris quand je lis les articles des internautes BIO. C’est incroyable, le manque d’informations et de desinformations qu’ils vehiculent. On leurs dit: BLANC ou NOIRE, ils repondent tous en coeur et bien fort: BLANC ou NOIRE! Il me semblait qu’internet, c’etait ube source d’information mais je m’apercois que ce que les internautes lisent: c’est la pub!

    J’aurais une question: vous etes tous au courant des allergenes. C’est sur. Je trouve ca sur tous les blogs, … Mais vous savez c’est quoi? d’ou ca vient, pondu par qui? pour l’interet de qui?
    Moi, tout ce que je lis, c’est: >
    Les reponses: > // > // >
    Voila un bel exemple de n’importe quoi! Et c’est comme ca pour tout le reste, BIO, Commerce Equitable, Huile de Palme, et tout ce que vous pourrez lire sans reflexion, sans critique, …

    Je suis pas dur. Avec personne. Je veux juste vous faire reagir. Je n’ai pas le temps pour ecrire sur tous les blogs de la planete. Mais, vous, avec vos blogs, vous pouvez, de “bouche a oreille”, faire passer le message de la verite sur toutes ces fausses informations, sur tous les mensonges relatifs au BIO, … C’est quand meme pas difficile! Il y a tout, sur internet. Le vrai et le faux. A vous d’etre objectif.

    J’espere, que concernant les allergenes, quelqu’un d’entre vous, connait la verite. Si oui, il pourra en faire part et vous pourrez vous faire votre opinion sur les informations que vous avez eu, jusqu’a aujourd’hui. Vous pourrez realiser, comme vous etes credules!

    Aller, bonne journee a tous. Et ne m’en veuillez pas, c’est pour vous mettre en alerte sur toutes ces magouilles que je me permet d’ecrire sur votre blog.
    ps: je reviendrai voire si vous avez la verite sur les allergenes. Si non, je vous mettrai au courant. Peut etre que le proprietaire du blog peut faire un article la dessus et on en parle.
    Frederic

    Commentaire par frederic — 10 septembre 2009 à 18 h 50 min

  41. Quand je dis commerce équitable, je ne dis pas bio, et je crois que personne ici ne fait l’amalgame ! Désolée !Quand j’achète des produits commerce équitable, je n’attends pas d’eux qu’ils soient bio…
    Pour les allergènes, désolée mais je ne comprends pas ce que tu veux dire : tes symboles ne me parlent pas !>// ????????????

    Commentaire par Nansou — 10 septembre 2009 à 20 h 30 min

  42. Nous sommes quelques unes ici, bien informées sur les réalités particulièrement celles de l’Afrique que nous aimons et où nous avons vécu.
    Si vous avez lu les commentaires, l’une d’entre nous a visité les plantations du sud est asiatique .
    Nous avons toutes une intelligence que je qualifierai de certaine et une curiosité qui nous amène à approfondir les choses.
    S’il existe des erreurs sur l’article relatif à l’huile de palme, indiquez les.
    Si vous avez quelque chose de spécial à dire concernant les allergènes, faites le.
    Ce blog est communautaire.

    Commentaire par Irene — 10 septembre 2009 à 21 h 17 min

  43. Ok, desole, ne vous emballez pas. Je ne vous critique pas, surement pas vous.

    Concernant le commerce equitable, mes clients Europeens me demandent de plus en plus des produits type commerce equitable mais aussi, pouvant etre certifie BIO. Pourquoi, parceque, aujourd’hui, si il y a le logo Ecocert, ca se vend. Si il n’y ait pas, Mr et Mme Tout Le Monde ne l’achetera surement pas, de peur d’etre empoisonne.
    C’est pour cela que je me permet de vous allerter, sur ce phenomene. Plus de 90% des consommateurs de “bio” ne regarde que le logo certificateur, sans rien comprendre, sans aucune information sur les realites des certifications, … et c’est vous, qui essayer d’en savoir plus, qui pouvez faire qq chose.

    Pour les >//, etc…, ca na pas pris ce que j’avais mis dans les guillemets.
    Je vous ferai une petite explication sur les allergenes ce soir (pour vous dans la journee), pour le moment, je dois aller faire du savon, donc a plus tard.

    Commentaire par frederic — 11 septembre 2009 à 3 h 34 min

  44. Évidemment, il est plus intéressant que vous nous expliquez clairement la situation ,

    Commentaire par Irene — 11 septembre 2009 à 6 h 05 min

  45. Je ne comprend pas bien où vous voulez en venir Frederic.
    L’objet du message d’Irène sur ce blog de fabrication de cosmétiques naturels était une interrogation sur l’usage que nous faisons de l’huile de palme dans nos savons.

    C’est une question qu’un bon nombre de savonniers s’est posé un jour.
    Il n’est pas dans notre idée de donner des leçons.

    J’utilise personnellement l’huile de palme comme je l’ai indiqué plus haut et j’espère ainsi faire vivre les personnes qui la produisent.

    J’évite juste celle qui est hydrogénée pour d’évidentes raisons de santé et je suis consciente qu’avant d’être hydrogénée, elle a poussé quelques part et qu’un homme chargé de famille l’a aussi cultivée.

    Mais c’est évidemment un vaste débat…

    Quant aux allergènes, je vous donne une petite aanecdote. Mon mari tousse à en crever à chaque fois qu’il mange des arachides salées, empaquetées proprement dans des usines occidentales aux normes ISO, avec l’étiquetage adéquat où sont notés tous les ingrédients et tout et tout…

    Et il peut avaler des tonnes d’arachides grillées dans du sable bien sale dans un canari au fond d’un village africain, empaquetées dans un morceau de papier recyclé de l’emballage d’un sac de ciment, transporté dans des camions sur des routes poussiéreuses d’Afrique au milieu des poulets et autres cochons… sans tousser!

    Ce n’est évidemment pas une allergie simple aux arachides même si elle existe.
    Ceci dit, je ne sais pas pourquoi on parle d’allergies ici ;))

    Commentaire par michele — 11 septembre 2009 à 9 h 26 min

  46. Bien, je vais essayer de me relire pour l’orthographe, désolé.
    Tout d’abord, pour répondre a Michelle, je parle du probleme des fausses informations ou amalgames du probleme de l’huile de palme.
    Il faut bien comprendre que, certains très gros trust font tout pour faire du bénéfice, même ce qu’il y a de plus lamentable.
    Le probleme, c’est que certains articles publies sur le sujet, font de l’huile de palme, le produit a éviter.
    Imaginez que vous soyez propriétaire d’une plantation depuis plus de 20 ou 30 ans et que vous lisiez ce genres d’articles (les plantations détruisent les forets peuplées d’orang outans, …). Vous n’avez rien a voire avec cela mais vous allez en subir les conséquences! Qu’est ce que vous en pensez?
    Un peu plus haut, j’ai pu lire que l’un(e) d’entre vous avait pu voire les plantations en Malaisie et que cela faisait peur car cela s’étalait sur des milliers d’hectares.
    Tout d’abord, pour l’anecdote, il me semble qu’en France, Europe, USA, ont trouve aussi ce genre de plantations (la vigne en Bourgogne sur des milliers d’hectares, le blé, le tournesol, …). Faut il arrêter de boire du vin, manger du pain, …
    D’autre part, si il y a des plantations énormes en Malaisie, depuis quand date t’elles? Il y a la même chose avec l’hévéa. Si je ne dis pas de bêtises, il me semble qu’il s’agit des occidentaux, qui ont mis en place ces plantations, a l’époque de la colonisation. Maintenant que les occidentaux n’en ont plus le monopole, on exploite autant que l’on peut, ces planteurs locaux. En aparté, a l’époque de la colonisation, les prix du latex, était fixes a des tarifs assez élevés, car les grands propriétaires terriens étaient occidentaux et on allait sûrement pas les étrangler. Quand est-il aujourd’hui! je m’écarte un peu du sujet mais ca permet de bien comprendre comment cela se passe.
    Bref, a mon humble avis, je pense que dire, je ne vais plus utiliser d’huile de palme pour mes savons ou je ne vais plus acheter du savon a l’huile de palme, c’est tout a fait, absurde. La meilleur base pour la fabrication d’un savon, c’est l’huile de palme et le coprah. Je parle de qualité (attention, ne confondez pas qualité de l’huile et qualité saponifere) de la matière “savon”, de sa tenue, de son pouvoir moussant, de la qualité de la mousse et de son rapport prix/qualité.
    Quand on voit la pub pour le savon d’alep, que c’est le meilleur savon, … quelle foutaise!

    Bien, parlons des allergènes: je ne vois pas le rapport avec les arachides, concernant les allergènes dont je parle, toute fois, c’est sur que ton mari, est allergique a une matière première, composant du produit fini.
    Donc, comme vous le savez, il existe une liste de 26 allergènes dont une majeure partie que l’on retrouvent dans des produits naturels (huiles essentielles). Cette liste est accompagnée d’une législation qui;
    1: régularise l’emploi de ces matières premières par une limitation de leur emploi.
    2: oblige le fabricant a stipuler sur l’étiquetage, l’emploi de ces matières dans le produit final.
    Alors, vous me direz: quoi de plus normal!
    Tout a fait, vous auriez raison de répondre ainsi.

    Je vais maintenant, vous expliquer, avec les informations que j’ai, le pourquoi de cette liste, par qui, etc …

    Tout d’abord, il y a une bonne dizaine ou vingtaine d’années, les gros industriels de la petro-chimie, ont eu une très bonne idée. Devant l’essor que prenait les produits naturels (les huiles essentielles), ils ont juges, qu’il serait opportun de s’y intéresser. Mais comment fallait-il faire? La, est la très bonne idée. Ils ont fait une demande pour que la distillation (le procédé) passe au rang de “chimie lourde”. Qu’est ce que cela allait leur apporter:
    Si la distillation passait dans le domaine de la chimie lourde, cela impliquerait des installations hautement technologique et sécurisées, du personnel hautement qualifie, … Je vous laisse imaginer la suite.
    Heureusement, cette requête ne porta pas ses fruit, elle fut refusée, heureux étaient les producteurs d’huiles essentielles.
    Et voila, les gros industriels pour ne pas les citer (BASF, Rhone Poulenc, …) venaient de perdre un marche escompté, énorme! Mais ils n’avaient pas dit leur derniers mots!

    J’espère que cela vous intéresse, comme je vous raconte çà?!

    Comme vous le savez, ces gros de la petro-chimie, touche a tout ce qui appartient a Gargamel, une de leur grosse activite, les matieres pour la cosmétique, dont les matières aromatiques.
    Ces dites matières, sont revendues, principalement, aux sociétés créatrices de fragrances (Givaudan, IFF, ….) et a certaines multi-nationale (comme L’Oreal, Procter & Gamble, …).
    2 organismes vurent le jour, il y a bien longtemps:
    Le RIFM et l’IFRA
    je vous mets 2 liens, j’espère que vous pourrez y accéder.
    http://www.rifm.org/committees_detail.asp?id=2
    http://www.ifraorg.org/Home/About-us/Membership/page.aspx/48

    Qui sont ces 2 organismes, que font-ils?
    Tout simplement, ils fabriquent des nouvelles directives pour la Communauté Européenne, qui sont, a chaque fois prisent en compte et l’on obtient, de très jolis amendements, votes par vos très cher députés qui n’y connaissent strictement rien mais qui disent: Ha bon! c’est dangereux. Alors Oui, on va voter pour votre proposition d’amendement! Et on obtient, une belle liste de 26 allergènes.

    Alors, comme vous m’avez dit: quoi de plus normal!

    Bien oui, mais!… Est ce que c’est vrai?! Est ce que tous les agrumes sont dangereux! la mousse de chêne, … et maintenant,il y a le 43e amendement qui arrive: l’Ylang ylang, la fève tonka, le jasmin, la carvone (carvi et autres he contenant de la carvone), … 153 produits aromatiques dans le collimateur!!!

    Voila, maintenant, si vous voulez savoir la vérité sur ces “allergènes”, ces huiles essentielles DANGEREUSE! je vous conseille d’aller voire et lire:
    http://www.cropwatch.org/nwsletters.htm
    notamment:
    http://www.cropwatch.org/newslet13.pdf

    Désole, c’est tout en Anglais, mais les infos, les vraies sont la!

    Voila, je vous souhaite une bonne lecture.
    Vous pouvez essayer de traduire avec google mais j’ai peur que la traduction soit inexacte et donc, que vous compreniez autrement tout ce qui est explique et très intéressant.

    J’ai fait de mon mieux pour les fautes ;-)
    Bonne soiree a tous

    Commentaire par frederic — 11 septembre 2009 à 17 h 10 min

  47. Dit comme cela , je comprends mieux Frederic
    Allez risquons le tout pour le tout et Vivons en Vivants

    Commentaire par mlk — 11 septembre 2009 à 22 h 17 min

  48. Bien, je viens de voire que la reglementation concernant les he (principalement les citrus) venait d’etre retiree, disparue!
    Cropwatch avait signale, quand cette reglementation avait ete adoptee, un vice de forme sur la procedure d’adoption de la regelementation a Brussel (celle ci avait ete prise a huit-clos, alors que toute proposition doit etre debatue par l’ensemble des representants Europeens) et avait signale que les analyses presentee par le RIFM et IFRA ne reposaient que sur des suppositions et que les propositions de restrictions n’etaient point fondees. On dirait que cela a porte ses fruits.

    Je viens de faire un petit tour de la proposition d’amendement numero 43 de l’IFRA. Il semble que les restrictions et limitations concernant les he, sont un peu plus dans la limite de l’acceptable.
    A suivre, …

    Commentaire par frederic — 12 septembre 2009 à 7 h 57 min

  49. Pour ceux et celles que cela pourrait intéresser. j’ai ajouté quelques informations dans l’article, ainsi qu’un lien intéressant donné par Venezia.

    Commentaire par Irene — 24 novembre 2009 à 11 h 58 min

  50. Je continue à suivre cette affaire et le projet RSPO reste un paravent ce que je regrette évidemment.

    Je le répète, je n’ai pas l’âme d’une passionaria aveugle donc, je ne mène nul combat. Je tiens seulement à continuer à informer celles et ceux que cela peut intéresser en recoupant mes sources.

    En dehors du problème de l’huile de palme, un lien pratique qui pourrait vous intéresser sur les produits non OGM :

    http://www.guide-ogm.greenpeace.fr/

    Sur ce lien, vous trouverez un PDF – en anglais hélas, mais avec un tableau qui ne nécessite aucune connaissance de cette langue :

    http://www.wwf.ch/fr/lewwf/notremission/forets/durable/huiledepalme/

    Et quand vous aurez lu cet article, vous comprendrez que nulle illusion n’est possible quant à la possibilité d’obtenir de l’huile de palme vivrière.

    http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2555p113-117.xml0/agroalimentaire-abdoulaye-wade-uemoa-abbas-jaberla-guerre-des-huiles-bat-son-plein.html

    En fait, si l’on parvenait à des plantations d’huile de palme dans le cadre du projet RSPO réellement appliqué, cela serait vraiment une excellente chose, permettant à des paysans de vivre dignement d’un commerce équitable.

    Ce qui doit être banni, boycotté, c’est :
    - l’huile de palme dans l’alimentation (en dehors des pays dans lesquels il est normal qu’elle soit utilisée, voir les remarques de Michèle à ce sujet)

    - l’huile de palme en qualité de bio-carburant.

    Commentaire par Irene — 29 janvier 2010 à 14 h 34 min

  51. Je te remercie Irène de nous garder l’oeil éveillé sur les enjeux politico-financiers des huiles que nous utilisons.

    Et pas seulement l’huile de palme puisque dans l’un des liens, on remarque les échanges incroyables entre huiles de soja, d’arachides entre autres d’un continent à l’autre dont les seuls buts sont d’augmenter les profits.

    Comment faire?

    Commentaire par michele — 29 janvier 2010 à 15 h 57 min

  52. Michèle, on peu signer les pétitions sur WWF et Greenpace ; tu as dû remarquer que Unilever a reculé sur un fournisseur (mais le chef de tribu m’a regardée avec commisération en me disant que les plantations leur appartiennent …) mais le travail est immense et nous sommes désarmés à notre niveau.

    Mais déjà, regarder les listes des super marchés (que je donne), des marques et les boycotter.
    Je connais de nombreuses personnes qui désormais regardent les étiquettes.

    Il faut veiller à la santé de nos enfants, les protéger et nous protéger sur le plan cardio vasculaire.

    Faire ce que l’on peut à notre niveau, c’est déjà quelque chose …

    Commentaire par Irene — 29 janvier 2010 à 16 h 13 min

  53. Je suis têtue, je sais …

    Alors, voici des nouvelles provenant directement de la bouche du Directeur Général de la Société Nestlé, M. José Lopez (journal La Tribune de Genève du 19 avril 2010). Je vous en propose quelques extraits.

    M. Lopez se dit d’accord sur le fait que tout doit être entrepris pour empêcher la déforestation en Indonésie, et pas seulement dans ce pays…
    Évidemment, il expose des arguments en faveur de l’utilisation de l’huile de palme en lieu et place de l’huile de soja, par exemple et axe toute sa position (celle de Nestlé évidemment), sur le problème de la déforestation mais, heureusement pas seulement.

    Il admet que son groupe est “dans l’incapacité de suivre la trace de l’huile qu’il utilise” et que le label signé de la RSPO et dont je vous parle dans l’article n’est pas fiable et “devrait être renforcé par un système de contrôle supporté et accepté par toutes les parties prenantes”.

    J’ai le plaisir de vous informer, quand même, qu’il est “fermement opposé aux biocarburants issus des matières premières agricoles”.

    Nestlé confirme avoir rompu un contrat le liant à un fournisseur indonésien contesté mais qui fournit à son tour, d’autres fournisseurs de Nestlé…

    Alors, alors, il faut du courage pour ne pas se décourager. Aussi bien pour veiller à la santé des nôtres en leur épargnant au maximum des produits alimentaires contenant de l’huile de palme hydrogénée, que pour espérer que les paysans travaillant dans ces immenses plantations bénéficient un jour de conditions “équitables”.

    Chaque fois que vous le pourrez, informez autour de vous, soyez vigilantes (ts).

    http://www.greenpeace.ch/fr/campagnes/forets/huile-de-palme/

    http://www.veosearch.com/fr/association/billet_l-utilisation-d-huile-de-palme-durable-une-reelle-urgence_21499

    Peut-on y croire ?

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/03/25/l-huile-de-palme-va-disparaitre-des-produits-alimentaires-de-la-marque-casino_1324166_3234.html

    Il est inutile de viser particulièrement la société Nestlé mais, au moins, il est confirmé qu’à ce jour, aucune traçabilité de l’huile de palme n’est fiable.

    Je ne manquerai pas de venir vous annoncer des prochaines nouvelles que j’espère plus satisfaisantes.

    Commentaire par Irene — 27 avril 2010 à 17 h 49 min

  54. Ma douce amie
    j’ai l’intention un de ces jours de poster un palme “sublimé”
    mais il est tout à fait possible de se passer de la palme
    j’hésite et PP et son baptême attendent
    Il m’arrive de faire chauffer et brûler des plantes, et de leur demander pardon, voire mieux de leur dire merci
    et je ne suis pas Unilever, puis je?

    Commentaire par mlk — 27 avril 2010 à 19 h 50 min

  55. Ah, ma parigote poste ton palme sublimé, ce n’est pas lui qui va changer la face du monde !

    Tu fais d’ailleurs tellement d’efforts dans ce domaine …

    Tu vois, cela serait tellement plus humain, que les choses soient claires, que les paysans, les gens qui travaillent dans ces immenses plantations vivent dans des conditions correctes, que l’on oublie cette ineptie des bio carburants.
    Le jour où je serai certaine que la palme est “propre” j’en utiliserai dans les savons, peut-être.

    Là où il y a l’homme, il y a de l’hommerie …

    Commentaire par Irene — 27 avril 2010 à 20 h 40 min

  56. Merci Irène, on dirait que ça bouge.
    Mlk, moi j’utilise un peu de palme en cosmétique sans fierté mais sans douleur non plus.

    Il y en a dans chaque émulsifiant ou épaississant cosmétique que j’utilise au quotidien.

    Je sais que les informations d’Irène nous ont confirmé que toute huile de palme produite dans le monde pose problème et je ne sais plus par où sortir de ça à part lutter pour notre nourriture.

    Commentaire par michele — 27 avril 2010 à 20 h 46 min

Laisser un commentaire

Les paragraphes et retours à la ligne sont automatiques. Les adresses de messagerie ne sont pas affichées. HTML autorisé : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


Captcha:

Fermer cette fenêtre.

1,315 Propulsé par WordPress.