Akimiti

Commentaires

Flux RSS des commentaires de cet article.

L’adresse web pour faire un rétrolien sur cet article est : http://www.terra-amata.com/akimiti/archives/2324/trackback

  1. Je me rends compte qu’il y a bien plus de notes de coeur que je n’aurais cru.

    Bois d’aloes et agarwood seraient le même bois, celui qui fait rêver tout le monde: le bois de Oud. J’en ai qui trempe dans de l’alcool mais ce n’est pas encore transcendant…

    Merci beaucoup Irène pour la saga.

    Commentaire par michele — 12 mars 2010 à 23 h 24 min

  2. Michèle, oui, le bois d’aloès porte également le nom d’agarwood et aussi de calambac et de bois de gélose.

    Je n’ai jamais essayé de faire une teinture avec ; mais cela marche très bien avec le palo santo et l’acore odorant.

    Commentaire par Irene — 13 mars 2010 à 13 h 16 min

  3. merci irène, pour ces tableaux précieux;

    il y a des trucs qui m’interpellent comme on dit:
    -civette et castoreum en note de cœur alors que pour moi, ce sont plutôt des fixatifs (notes de fond)
    -thym et romarin en note de tête ou de fond mais pas de cœur? Pourquoi pas un parfum au thym et au romarin, ça fait trop pizza napolitaine? A propos d’ailleurs, je ne vois pas les feuilles de tomates (pourtant fort à la mode il fut un temps)
    -safran dans les trois cases, une vraie surprise (car en note de tête, j’y pensais peu… )
    -myrrhe et elemi, uniquement en fond alors que ce sont des resines comme l’encens qui peuvent aller en cœur…

    je reviendrai voir… en tout cas ça inspire

    Commentaire par venezia — 13 mars 2010 à 16 h 49 min

  4. Très prenant Irène, à lire à tête reposée
    Comme PPP, elemi, encens, myrrhe en coeur
    forment un magnifique choeur olfactif
    Hormis cela, juste vous signaler que mon ordi maison est en maintenance pour x jours, et donc je ne pourrais lire et envoyer de mails, sauf du bureau de la direction à mon travail…et qu’il ne me paye pas à “divaguer ” sur Nenett
    Alors des bisous

    Commentaire par mlk — 13 mars 2010 à 17 h 17 min

  5. Venezia, tu as raison sur tout, sauf pour le safran.
    Je l’ai testé en note de tête et c’était bien.

    Ceci dit, poster un tableau sur canalblog, quel bonheur !
    Tu dois faire une image que, bien évidemment, tu ne peux rectifier ensuite que sur photoshop …

    Je suis certaine qu’on trouvera pas mal de choses à rectifier.
    Merci !

    Mlk, désolée ma parigote ! Bises.

    Commentaire par Irene — 13 mars 2010 à 17 h 51 min

  6. ma chère irène,

    pour le safran, c’était d’abord une interrogation, par ailleurs, celui que j’ai est un attar assez capiteux

    Commentaire par venezia — 13 mars 2010 à 20 h 15 min

  7. Venezia je te suis reconnaissante de ta lecture attentive de ces articles pour la rédaction desquels tu es bien plus apte que moi … J’ai apporte les rectifications dans les tableaux.

    Ah, les attars … J’ai fait un petit topo les concernant.
    Vraiment, quelle somptuosité … Et quelle force.
    Alors, effectivement, un attar de safran ne peut pas être en note de tête c’est certain.

    Bises

    Commentaire par Irene — 13 mars 2010 à 20 h 34 min

  8. Bonjour,

    Le concept de pyramide olfactive, de notes de tête cœur et fond a été imaginé par le parfumeur Jean Carle. Ce parfumeur est le créateur, entre autres, de Canoé et Tabu (Dana), Miss Dior, Ma griffe (Carven) ; mais il est également connu pour son souci pédagogique de transmission du savoir faire de parfumeur. Il est le fondateur d’une école de parfumerie. On le désigne parfois comme le Beethoven de la parfumerie, car à la fin de sa carrière il avait perdu l’odorat, mais continuait à composer des parfums “sur le papier”, grace à son savoir faire et à son expérience.

    Son concept pédagogique de pyramide olfactive a rencontré un grand succès puisqu’il est largement utilisé pour décrire les parfums par les marques et le grand public.
    Ce concept a toutefois des limites puisqu’il donne une image trop stratifiée, trop horizontale d’une fragrance et on en oublie la profondeur, les accords entre les différentes “strates”.
    Quand aux proportions entre les notes de tête cœur et fond, on peut lire beaucoup de choses, mais cela reste indicatif, il faut faire ces propres expériences. Le petit graphique dans l’article indique 5% pour le tête et 15% pour le fond, donc 80% pour le cœur ; il me semble que ce n’est pas en prendre à la lettre. Si on mélange 5% de bergamote, 80% de jasmin et 15% de santal (pour prendre un exemple simplifié), la pauvre bergamote risque bien de passer inaperçue sous l’avalanche de jasmin !

    A mon avis, lorsque l’on tente de composer une fragrance, il ne faut pas rester prisonnier de la “pyramide”. On peut composer un parfum uniquement avec des matières de fond (c’est souvent le cas des “ambres”) ou qu’avec des matières de tête (comme dans les colognes hespéridées classiques, mais cela ne tient pas longtemps). On peut aussi oublier la tête,et se concentrer sur les notes cœur / fond (du coup, le cœur devient la tête ! ). Il est vrai que dans les parfums commerciaux, les notes de tête sont très travaillées, car ce sont elles qui vont séduire le consommateur.

    Commentaire par Le Gnou — 21 mars 2010 à 11 h 08 min

  9. Bonjour Le Gnou et merci de votre instructive visite à la suite de laquelle j’ai remanié mon article.

    Il y a, évidemment, des questions d’expérience, d’essais et, également, de bon sens.

    Si les parfums du commerce sont souvent décevants, c’est certainement, justement, parce qu’ils jouent trop sur les notes de tête qui vont “accrocher” le consommateur.

    Je vous suis reconnaissante des informations que vous avez l’amabilité de nous donner.

    Commentaire par Irene — 21 mars 2010 à 19 h 04 min

Laisser un commentaire

Les paragraphes et retours à la ligne sont automatiques. Les adresses de messagerie ne sont pas affichées. HTML autorisé : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


Captcha:

Fermer cette fenêtre.

2,019 Propulsé par WordPress.